bruits blancs sommeil

Comment utiliser les bruits blancs pour mieux dormir ?

La qualité de notre sommeil détermine si l’on a bien dormi ou non. Aussi, elle est mesurée par deux facteurs : le temps mis à s’endormir et la capacité à rester endormi. Le sommeil est très important, il nous permet surtout de rester en bonne santé, diminue le stress et permet même d’éviter une éventuelle dépression.

Plus une personne vieillit, plus il devient difficile pour elle d’avoir un sommeil de qualité. Il existe alors plus de risques de développer des problèmes d’attention et de mémoire. Il en est de même pour les personnes souffrant d’insomnie.

Peut-être l’avez-vous remarqué, mais ce que l’on appelle les bruits blancs, nous aident à nous endormir plus facilement. En effet, ces sons souvent associés à ceux de la neige des anciennes télévisions peuvent nous être d’une grande aide. Mais comment ? Et est-ce sans danger ? On vous dit tout dans cet article.

Les bruits blancs et ses dérivés

Par analogie à la lumière blanche, qui s’obtient en superposant les ondes du spectre visible, le bruit blanc est une tonalité aléatoire qui combine toutes les fréquences sonores qui peuvent être entendues par les humains. C’est le type de son que fait, par exemple, un aspirateur, un ventilateur, etc.

Il existe également des bruits roses qui, eux, sont qualifiés de plus doux puisque les fréquences hautes, que l’on perçoit dans les bruits blancs, sont diminuées. La pluie ou encore le crépitement des feuilles d’un arbre sont des bruits roses.

Les bruits dits marrons sont ceux dont les fréquences les plus basses sont les plus marquées, comme le bruit du tonnerre au loin. Enfin, le bruit bleu, lui, est l’inverse du bruit marron, c’est-à-dire que les fréquences les plus hautes sont les plus présentes.

Les bruits blancs, ainsi que les autres, sont connus pour favoriser le sommeil, car ils masquent les autres sons qui peuvent parasiter.

« Les récepteurs dans l’oreille interne ne sont pas sensibles aux mêmes fréquences : si on les active tous en même temps avec le bruit blanc, on peut avoir la sensation que les sons extérieurs sont atténués », explique Thomas Andrillon, chercheur en neurosciences à l’université Monash en Australie.

S’endormir avec des bruits blancs

Les bruits blancs ont de nombreux bénéfices, ils permettent de nous créer un environnement agréable et idéal pour pouvoir s’endormir.

De plus en masquant les bruits parasites, ils nous permettent de rester endormis. En effet, de nombreuses personnes se réveillent de la nuit, même si cela n’arrive pas tous les jours.

Ces petites interruptions diminuent considérablement la qualité de notre sommeil et contribuent au fait que nous avons l’impression d’avoir passé une mauvaise nuit.

En 2004, une étude sur des patients en soins intensifs a été menée par des chercheurs de la faculté de médecine Warren Alpert aux États-Unis, leurs résultats ont été positifs et ont montré que les bruits blancs ont considérablement réduit les éveils nocturnes.

Le côté négatif

En revanche, il y a bien des côtés négatifs et notamment un risque d’accoutumance à ces bruits. Ce qui est en fait logique : on s’habitue à dormir avec des bruits et, une fois qu’on les enlève, notre cerveau n’est plus capable de se rendormir facilement sans et il lui faut une période de réadaptation plus ou moins longue chez certains, mais impossible chez d’autres.

Ils pourraient être également à l’origine de problèmes d’audition et du développement cérébral s’ils sont utilisés excessivement et à un volume élevé. Selon les spécialistes, il faudrait que le volume ne dépasse pas les 50 décibels.

Même s’ils sont connus pour nous aider à mieux dormir, ils pourraient également avoir un effet inverse de celui escompté pour certaines personnes. En effet, pour elles, le fait d’avoir un bruit constant en arrière-plan peut garder le cerveau éveillé et peut donc l’empêcher de pouvoir bien se reposer.

Les appareils à bruits blancs

5 % de la population américaine utilise un appareil générant des bruits blancs, que ce soit un ventilateur, une application ou un appareil entièrement dédiés à cela d’après une étude menée par le National Sleep Foundation en 2012.

De plus, au cours des dernières années, il y a un réel engouement autour des applications mobiles et surtout autour des vidéos YouTube proposant ce type de bruit.

En effet, il suffit de taper « white noise » ou même « rain sounds », si l’on veut être plus précis, sur la plateforme et on se retrouve devant de centaines de vidéos durant jusqu’à vingt heures qui sont entièrement consacrées à ça. Ainsi, de plus en plus de personnes regardent, ou plutôt écoutent, ce genre de vidéos, comme le peuvent témoigner le nombre de vues qui atteint parfois plusieurs millions.

Il existe également des appareils spécialement conçus pour générer des bruits blancs. Par exemple, la startup française Dreem a créé un bandeau connecté via Bluetooth permettant non seulement d’optimiser le sommeil grâce aux bruits blancs, mais aussi à suivre notre cycle de plus près.

Les bruits blancs, une solution durable contre l’insomnie ?

Les bruits blancs, ou ceux d’autres couleurs, ont prouvé leur utilité à plusieurs reprises. Ils permettent aux personnes souffrant d’insomnie de s’endormir plus vite et d’avoir un sommeil régulier. De nos jours, grâce à Internet notamment, il existe de nombreuses options gratuites ainsi que payantes afin d’écouter les bruits qui nous conviennent le mieux.

Même si ces bruits sont bénéfiques dans leur globalité, ils possèdent également quelques points négatifs qu’il ne faut pas ignorer, tels que des soucis d’audition sur le long terme. De plus, il ne faut tout de même pas oublier que « ce qui peut marcher chez un dormeur peut ne pas marcher sur un autre. La question de la qualité du sommeil reste mystérieuse », comme le dirait Thomas Andrillon.